Challenge Méditation, Acte II

Ici je refais un point sur la pratique de la méditation qui m'a été recommandée. Je raconte ici comment j'ai fait évoluer ma pratique depuis mon premier article sur le sujet.



Rappel sur ma vision de la méditation


J'envisage la pratique de la méditation comme un moyen de focaliser purement mon attention sur un sujet, sans nuisance / interférence des autres sujets présents à ma conscience. C'est ce que je comprend de l'intérêt de cette pratique. Elle est aussi censée développer l'intuition, une autre ressource à utiliser en sus de notre esprit logique pour avancer et prendre des décisions dans la vie. Donc voici un point d'étape, un status report, sur comment je médite quotidiennement que je ferai régulièrement toute cette année 2020.


Évolution de ma pratique de méditation


Au départ, j'essayais et je parvenais à ne pas être envahie de pensée pendant que je pratiquais la méditation. J'ai noté que c'était plus facile après avoir passé pas mal de temps seule. Par contre, après une journée de forte stimulation des sens (vue, ouïe, toucher, etc.), je ne parviens pas à calmer mes pensées.

Donc j'ai décidé de plutôt de varier la pratique en fonction de mon niveau de stimulation sensorielle. Donc ce que je fais:

  • soit j'essaie de ne pas penser, si c'est reposant, et des fois ça l'est, spécialement le matin au lever. Après avoir médité, je prends 3 minutes pour visualiser mes attentes positives pour la journée en cours. Quand je dis visualiser c'est plutôt définir mes attentes par rapport à plusieurs choses. Et faire une projection mentale plus ou moins détaillée, et l'accompagner d'un état émotionnel désiré. Chez moi ça passe par les mots et moins par les images.

  • soit j'observe les pensées: j'attend la prochaine pensée qui viendra à l'esprit. C'est la méthode enseignée par Deepak Chopra. Cela permet de se détacher de ses pensées et de comprendre que l'esprit peut nous emmener dans des highs mais aussi dans des abysses, si on se laisse manipuler par lui. C'est pas mal à faire en rentrant chez soi le soir.

Comprendre que l'on peut se distancier de ses pensées est une étape importante aussi pour la connaissance de soi. On peut aller identifier les croyances générant ces pensées, et chercher à les modifier si jugées inappropriées. Mais c'est un autre sujet.


Mindfulness et pleine conscience en complément


Je m'essaie maintenant à une autre type de pratique, que certains appellent la méditation de pleine conscience, ou mindfulness. J'utilise cette pratique surtout pour aiguiser mes 5 sens.

La pleine conscience ou mindfulness consiste à rester ancrer dans le moment présent en fixant son attention sur le ressenti obtenu par un de nos 5 sens. J'aime bien faire ça dans les transports en commun avant d'aller au travail. Ca permet de décharger les cerveaux hyperactifs !


Voilà pour l'acte II. Jusqu'ici je n'observe pas d'effets positifs de cette pratique par contre, contrairement à ce que j'ai lu. Cela n'a rien généré de nouveau ou de mieux dans mon quotidien. Mais on me souffle que pour des cerveaux ultractifs comme le mien, ça met du temps, déjà à se calmer et ensuite à devenir bénéfique. Je vous tiens au courant du coup.