Pour une formation continue des coiffeurs

Récemment j'ai assisté à une scène dans un salon de coiffure qui ressemblait à un conflit de génération quant à la manière de gérer ses cheveux crépus naturels. J'en profite pour lancer un appel le besoin des coiffeurs de se former en permanence.


Pas de brushing agressif sur mes cheveux naturels ! dit la jeune fille (jeune génération)


Cheveux Afro au Naturels
Cheveux Afro au Naturels

Récemment je suis allée me faire faire des tresses. Une jeune fille arrive avec les cheveux au naturels. Apparemment la coiffeuse devait lui faire des tresses et a voulu lui démêler les cheveux avant. Cette professionnelle de la coiffure arrive donc avec une brosse soufflante pour lisser les cheveux ayant été à l'air libre pendant plusieurs heures, donc a priori secs (like, really ???). La jeune fille, qui probablement prend grand soin de ses cheveux naturels, réagit vivement et demande à ce que ses cheveux soient hydratés avant. Je ne me mêle pas mais suis TOUT A FAIT D'ACCORD avec elle d'où mon plaidoyer pour la formation continue des professionnels de la coiffure, car cette dernière doit probablement apprendre à traiter les cheveux naturels.


Cela m'a aussi fait réfléchir à plusieurs choses.

1) Je sais que je suis venue me faire tresser les cheveux non lavés par crainte que mes cheveux, toujours secs après le shampoing, ne soient martyrisés par la coiffeuse. Je ne devrais pas craindre les actions de la coiffeuse, elle est censée prendre soin de mes cheveux, mieux que moi-même, alors pourquoi cette situation ? 2) De façon générale, j'ai arrêté d'aller chez le coiffeur pour autre chose que des tresses afin d'éviter le risque de mauvais traitements sur mes cheveux. Il est vrai que je suis une grosse fan du principe, "on n est jamais aussi bien servi que par soi-même", mais des fois, et surtout si on peut se l'offrir, c'est agréable d'avoir quelqu'un qui nous soigne les cheveux. J'y vois aussi un gros manque à gagner pour les salons de coiffure afro, qui perdent une partie de leur clientèle plus fortunée (=> éduquée ?) 3) C'est à nous, la jeune génération, de faire bouger les choses ! Grosse prise de conscience donc merci à cette jeune fille ! Au lieu d'être dans l'évitement comme je le suis, nous devons agir proactivement pour le changement et exiger des coiffeurs mieux formés !


Culture africaine: je suis un ancien, donc je sais ce qui est bon pour tes cheveux (ancienne génération)

Il demeure un conflit permanent entre l'ancienne génération, qui n'entend pas se faire dicter quoi faire, et la nouvelle génération, qui a été confrontée à de nouvelles manières de penser et de faire, car élevée dans un melting pot culturel. Dans le domaine de la coiffure, le mouvement nappy, du retour au cheveu afro naturel est éloquent et très encourageant: les jeunes filles revendiquent et échangent autour de leur cheveux comme jamais auparavant. Les anciens (=coiffeuses afro de l'ancienne génération), qui apparemment détiennent la sagesse, portent régulièrement des extensions de cheveux lorsqu'elles coiffent leurs clientes... A quand remonte la dernière fois qu'elles ont vu / traité leurs cheveux crépus naturels ? et après se dire plus "sage", car plus âgée, alors que beaucoup sont issues d'une génération née sous les colonies (énorme impact psychologique). Plus de compréhension mais un vrai dialogue est nécessaire d'un côté comme de l'autre.


Une offre pour les soins des cheveux naturels en salon de coiffure

Comment avance-t-on sur ce point ? Il est inutile d'essayer de changer les gens, donc il faut trouver un terrain d'entente commun, et en général, c'est celui de l'argent qui est capable d'abattre toutes les barrières culturelles. Il faut parler aux responsables de salon, ceux qui ont le sens du business long terme:

  • pour leur expliquer l'intérêt de toucher une clientèle plus fortunée, et comment le faire. Leur indiquer si on serait ok de dépenser dans leur salon si le service de soins cheveux répondait à nos exigences.

  • pour les informer qu'aujourd'hui les produits de soins capillaires naturels ne coûtent pas forcément plus chers mais qu'on ne peut plus forcer les gens à se faire appliquer des produits qu'ils considèrent néfastes pour leur chevelure et cuir chevelu.

  • pour leur dire que, même se cela ne s'apprend pas en école de coiffure, il existe des personnes spécialisés en traitement de cheveux naturels et qui pourraient former leurs coiffeuses.

Voilà, c'est mon plaidoyer pour la formation continue des coiffeuses. Je serais très curieuse de connaître votre point de vue. Allez-vous chez le coiffeur ? Connaissez-vous des spécialistes en cheveux naturels près de chez vous ? Comment améliorer le service dans les salons de coiffure ?